Réseaux sociaux
CFE/CGC XEROX
Revue de presse

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
CxPk
Recopier le code :
Rechercher sur le site
Rechercher sur le site

alt : test.html

Bienvenue sur le site de la section syndicale CFE-CGC de Xerox


chatbleu2.jpg   Ce site est destiné aux salariés de Xerox et, si vous êtes adhérent à la CFE-CGC, vous trouverez également d'autres informations sur l'espace adhérent grâce au code d'accès qui est disponible auprès de votre délégué syndical.

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.1sis.info/data/fr-articles.xml

Les canaux de la servitude

La lente mais progressive emprise du management sur le travail durcit l’état de subordination dans lequel se trouve l’ensemble des salariés. Cette irradiation de la contrainte dépasse aujourd’hui largement le cadre du travail.

Le stress et les nouveaux moyens de communication semblent devenir les canaux de cette irradiation. Ainsi, la séparation entre l’espace public du travail et la sphère privée de la vie personnelle tend à se fondre en privant le travailleur de sa liberté, c'est-à-dire de la pleine disposition de son temps hors du travail.

Dans ce monde ainsi construit et dans lequel la compétition individuelle se substitue à l’action collective, la reconnaissance des droits s’étiole et la vulnérabilité de chacun est reléguée à l’anormalité qui exclut.

Le stress qu’impose l’intensification du travail par la poursuite d’objectifs inatteignables, déborde largement le cadre de l’entreprise pour s’inviter dans tous les espaces de la vie personnelle et, dans des cas extrêmes, l’annihile totalement au point de ne retrouver sa liberté que dans le suicide.

De leur côté, les nouveaux outils de la communication, (téléphone portable, courriels etc.) transbordent le domaine professionnel dans la vie personnelle du travailleur, notamment celle des cadres.

Le travailleur a un sens moral qu’il ne peut ou ne veut pas anesthésier en lui-même. Les conflits éthiques, résultant du fait que le salarié doit réaliser des actes allant à l’encontre de sa conscience professionnelle, augmentent en raison de cette irradiation de la contrainte.

Enfin, l’absence de reconnaissance du travail bien fait (traduit par la l’ingratitude, le blocage de la rémunération, le refus de promotion ou bien encore par l’impossible expression sur le travail) devient à son tour source de souffrance.

 

Stess_travail.jpg

Le travailleur, un être de droit et de besoin

Entre la reconnaissance qui légitime le travailleur et la sollicitude à son égard, l’homme au travail est à la fois un être de droit (emploi, statut, salaire etc.) et un être de besoin (temps, ressources, repos).

Si l’être de droit est reconnu, notamment par son statut, son temps de travail, son salaire et ses congés, l’être de besoin est ignoré ou centrifugé. Il en sera ainsi tant qu’il ne pourra pas se présenter sans crainte comme un homme vulnérable. Aujourd’hui, ses fragilités sortent du cadre de l’entreprise pour être sous-traitées par des spécialistes (travailleurs sociaux, psychologues etc.).

La souffrance au travail se trouve donc transférée dans l’espace de la vie privée. Elle tend à n’être plus l’affaire de l’entreprise, puisqu’elle est prise en charge par des spécialistes. L’entreprise n’a plus besoin de modifier son organisation, elle n’a pas besoin de faire preuve de reconnaissance et de sollicitude à l’égard de ses travailleurs puisqu’elle permet à ces derniers de se faire soigner en dehors

C’est l’institutionnalisation de l’indifférence.

 

Pour gagner la liberté, il faut tenir en respect le travail

En quelque sorte, pour exercer pleinement sa liberté, pour ne pas subir le stress triomphant du management sans ménagement et des nouveaux outils de communication, il faut tenir en respect le travail.

La liberté est plus qu’un espace individuel protégé. Elle se constitue par la reconnaissance des autres. Il n’y a de liberté réelle que quand elle cesse d’être seulement une jouissance individuelle et que son expression est accueillie et tenue pour légitime au sein d’une collectivité. Le fait de ne pas reconnaître le travailleur comme un être de besoin le place dans un état de subordination passive, une servitude involontaire qui ne lui permet plus d’exercer sa liberté.

Le droit d’être reconnu comme un être vulnérable est un contre-pied au management moderne qui produit des exclus à la place de collectifs attentifs aux vulnérabilités de chacun.  La prise de conscience de cette force centrifuge qui éjecte la fragilité et les limites réglementaires que peuvent imposer les institutions doivent permettre de dresser des remparts pour que la liberté puisse pleinement s’exercer.

Ce qui suppose qu’une conception plus démocratique du travail doit être promue. Le travail ne peut-il pas trouver les montages institutionnels permettant de mettre en œuvre une conflictualité réglée et créatrice au sein de chaque métier, de chaque unité de travail, pour ce qui touche à l’organisation du travail ?

Pour que la liberté s’exerce non seulement dans la vie privée mais aussi au travail, pour qu’elle soit pleinement vécue et assumée, ne faut-il pas reconnaître à la fois les compétences et les vulnérabilités de chaque travailleur ? Mais cela n’est possible que si le travail devient l’occasion de mettre en œuvre une éthique de l’attention à l’égard de chacun, dans sa singularité).


Ce texte est un résumé de la conférence présentée au salon Préventica Nantes, le jeudi 9 octobre 2014

Source: site Miroir social


Date de création : 21/10/2014 : 15:12
Catégorie : - Idées et Débats
Page lue 1245 fois

Participation

A tous les salariés et anciens salariés

IMPORTANT : Après des années de procédures judiciaires,

Votre "participation" vous attend !


Les 1160 dossiers d'assignations individuelles  seront déposés au TGI, mardi 30 janvier par Maitre ZERAH et Christophe DUCLOS, nous reviendrons vers vous pour vous communiquer la date de l'audience.


Si vous ne l'avez pas encore fait et que vous souhaitez vous joindre à cette démarche, contactez votre délégué syndical ou directement Maître Zerah : roland.zerah@wanadoo.fr


Pour plus d'infos, consultez les FAQ  (voir onglet ci-dessus) ou contactez vos représentants syndicaux



Espace Adhérents

Visitez ...
Accès adhérents


leplussyndicalombre.jpg

   Adhérer c'est bénéficier de plus d'infos, (textes des accords, compte-rendus de réunions, infos confidentielles, ...) plus tous les avantages de la CFE-CGC (conseils et assistance juridique, assurances, ...)
Et 66% de la cotisation déduits des impôts !

 ↑  
Spécial XGS
Nous écrire
chatbleu3.jpg
 Des questions,
des remarques...  

écrivez ici :
Cliquez ici

confused CFE-CGC@1sis.info

Visites

 458739 visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Météo
Dossier Stress
Vidéos Stress/Burn-Out
Texte à méditer :       Tout homme qui dirige ou qui fait quelque chose a contre lui :
          - ceux qui voudraient faire la même chose,
          - ceux qui font précisément le contraire,
          - et surtout la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout.

  
Jules Claretie
Vous êtes ici :   Accueil » Travail : de la servitude à la liberté