Réseaux sociaux
CFE/CGC XEROX
Revue de presse

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
4KhC
Recopier le code :
Rechercher sur le site
Rechercher sur le site

alt : test.html

Bienvenue sur le site de la section syndicale CFE-CGC de Xerox


chatbleu2.jpg   Ce site est destiné aux salariés de Xerox et, si vous êtes adhérent à la CFE-CGC, vous trouverez également d'autres informations sur l'espace adhérent grâce au code d'accès qui est disponible auprès de votre délégué syndical.

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.1sis.info/data/fr-articles.xml

Tel est le malheureux record atteint en novembre par la France : 2,8 millions de demandeurs d’emploi, le plus haut taux de chômage depuis douze ans. Sans compter les autres composantes du chômage (temps partiel, préretraites, etc) qui chiffrent le chômage réel à 35 millions de personnes, soit 4,5% de hausse en un an.

Mille chômeurs de plus, chaque jour en France, depuis le début de l’automne 2011. Les offres de jobs collectées par Pôle Emploi, qu'elles soient en baisse (-1,3% en octobre) ou en hausse (+6,3% en novembre), n’endiguent plus l’inexorable crue du chômage tricolore à un niveau inégalé depuis 1999.

Voilà un bilan calamiteux qui n’augure rien de bon pour le pays en 2012, « bien parti » pour renouer avec un taux de chômage supérieur à 10% quand Nicolas Sarkozy espérait le ramener à moins de 5% à la fin de son quinquennat. Et encore, ne comptabilise-t-on ici que les chômeurs officiels, ceux inscrits en catégorie A. Si l'on inclut les autres composantes du chômage, les personnes à temps partiel contraint qui cherchent cependant un emploi, celles dispensées de recherche, comme les salariés en préretraite, ou enfin les chômeurs qui poursuivent un stage, ce sont 4,835 millions de personnes qui sont maintenues en dehors de l'emploi, en hausse de 4,5% sur un an.

Le gouvernement a beau tenter d’accréditer l’idée d’un cap économique difficile à passer, aucun phare n’éclaire l’horizon de l’emploi dans l’hexagone. Pour le ministre de l’emploi Xavier Bertrand, il conviendrait de partager, non plus le travail comme le faisaient les socialistes, mais le chômage via un recours accru à…  « l’activité partielle ». Une pirouette sémantique qui ne trompe guère sur celui qui, au final, paye l’addition : le salarié via ses cotisations et ses impôts !

Déjà les constructeurs automobiles et les banques ont annoncé le gel de leurs embauches et la mise à pied de leurs intérimaires sur le premier semestre 2012. Arcelor Mittal, qui a arrêté ses hauts fourneaux à Florange en Moselle, n’a fixé aucune date pour leur redémarrage. Pire, de la Champagne-Ardenne au Languedoc-Roussillon, le tissu économique glisse dans une dangereuse torpeur.

Ici et là, des salariés d’entreprises pillées par des fonds d’investissements, comme Venilia à Vénissieux, ou sacrifiées par des multinationales (Fralib Gémenos près de Marseille, délocalisée par Unilever), livrent des batailles homériques pour sauver leurs usines. Sans que les pouvoirs publics n’aient d’alternative miracle à leur proposer. Et pour cause !

Nationalement, l’ancienneté moyenne des demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A, B et C auprès de Pôle Emploi se monte à 457 jours. Signe indéniable que retrouvrer un travail stable est devenu un vrai parcours du combattant. Notamment pour les séniors de plus de 50 ans qui patientent en moyenne 393 jours avant d’être le plus souvent rayés des listes de chômeurs. En novembre dernier, si les offres d’emplois collectées par ce service public ont augmenté de 6,3%, c’est principalement parce que les stations de ski recrutaient leurs saisonniers et que... Mac Donald’s recherchait 8 000 nouvelles têtes pour animer ses restaurants et ses cafés. Pas vraiment de quoi respirer ! Même si Airbus et la SNCF, l’exception doit être soulignée, ont également annoncé d’importants plans d'embauches.

De fait, dès le premier semestre 2012, récession et rigueur budgétaire vont conjuguer leurs effets délétères.

Ainsi après l’industrie, la finance, c’est l’important secteur sanitaire, social et associatif qui risque d’être rattrapé par les plans d’économie décidés en cascades. Décidés tant par le gouvernement que par les différentes collectivités locales, à commencer par les départements


source:  Laurence Dequay - Marianne 

Date de création : 31/12/2011 : 09:29
Catégorie : - Vie des Entreprises
Page lue 2387 fois

Participation

Le point sur l'affaire participation

De façon bien étrange, la Cour de cassation a cassé l'arrêt de la Cour d'appel en s'appuyant sur les rapports des commissaires aux comptes, quand bien même ceux-ci auraient validé des comptes factices.

Cela n'arrête pas pour autant la procédure en cours, les 1187 dossiers individuels vont être joints et traités globalement.

Afin de faire taire certaines rumeurs inexactes ou imprécises sur ce dossier, vous pouvez prendre connaissance du courrier envoyé à chacun des plaignants.

Lire le courrier de Maître Zerah


Si vous ne l'avez pas encore fait et que vous souhaitez vous joindre à cette démarche, contactez votre délégué syndical ou directement Maître Zerah : roland.zerah@wanadoo.fr



Pour plus d'infos, consultez les FAQ  (voir onglet ci-dessus) ou contactez vos représentants syndicaux



Espace Adhérents

Visitez ...
Accès adhérents


leplussyndicalombre.jpg

   Adhérer c'est bénéficier de plus d'infos, (textes des accords, compte-rendus de réunions, infos confidentielles, ...) plus tous les avantages de la CFE-CGC (conseils et assistance juridique, assurances, ...)
Et 66% de la cotisation déduits des impôts !

 ↑  
Spécial XGS
Nous écrire
chatbleu3.jpg
 Des questions,
des remarques...  

écrivez ici :
Cliquez ici

confused CFE-CGC@1sis.info

Visites

 500982 visiteurs

 26 visiteurs en ligne

Météo
Dossier Stress
Vidéos Stress/Burn-Out
Texte à méditer :       Tout homme qui dirige ou qui fait quelque chose a contre lui :
          - ceux qui voudraient faire la même chose,
          - ceux qui font précisément le contraire,
          - et surtout la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout.

  
Jules Claretie
Vous êtes ici :   Accueil » Chaque jour, 1 000 chômeurs de plus en France