Réseaux sociaux
CFE/CGC XEROX
Revue de presse

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
3zzX2
Recopier le code :
Rechercher sur le site
Rechercher sur le site

alt : test.html

Bienvenue sur le site de la section syndicale CFE-CGC de Xerox


chatbleu2.jpg   Ce site est destiné aux salariés de Xerox et, si vous êtes adhérent à la CFE-CGC, vous trouverez également d'autres informations sur l'espace adhérent grâce au code d'accès qui est disponible auprès de votre délégué syndical.

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.1sis.info/data/fr-articles.xml

Travailler moins pour gagner moins
Les vieilles lunes vont se lever à nouveau. Le débat sur le partage du travail va bientôt briller dans la vie politique. C'est le réflexe de la société française quand le chômage monte. Et le chômage va non seulement monter, mais bondir. Après avoir augmenté de 50.000 par mois fin 2008, le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 90.000 en janvier et risque de gonfler encore plus vite au printemps. Les entreprises ont en effet taillé dans les dépenses d'investissement ou de publicité avant de se résoudre à réduire leurs effectifs. La chute brutale de leur activité depuis l'automne commence à peine à transparaître dans les chiffres du chômage. Vu le climat actuel, il n'est pas impossible que la barre des 3 millions de chômeurs vole en éclats avant la fin de l'année. Un niveau que l'on n'avait plus vu depuis 1998, au moment, justement, où le gouvernement Jospin s'occupait de partager le travail avec la loi sur les 35 heures.

Alors, faut-il partager le travail ? Oui, évidemment. Les Français le font d'ailleurs de plus en plus. Par exemple, plus de 4 millions de salariés pratiquent aujourd'hui une forme évidente de partage, contre à peine plus de 1,5 million il y a vingt-cinq ans. Il s'agit du temps partiel, facilité puis encouragé par toute une série de mesures prises pendant les années 1990. Il faut bien sûr aller au-delà. Mais pas n'importe comment.

Les socialistes pourraient avoir la tentation de proposer la semaine de 30 heures afin de poursuivre dans la voie triomphale ouverte par les 35 heures. Comme ils n'ont pas encore lancé l'idée, c'est probablement qu'ils doutent. Tant mieux ! Sans dire, comme le président de la République, que « le partage du travail a été une erreur économique historique », force est de constater que les 35 heures n'ont pas été une arme efficace contre le chômage. Même en supposant que la réduction de 10 % du temps de travail a permis la création de 300.000 postes (un chiffre généralement admis mais sans doute surestimé), elle n'aurait ainsi accru l'emploi salarié que de 1,4 %. Et l'illusion du « travailler moins pour gagner autant » a coûté cher aux salariés, privés d'augmentations pendant des années.

Du côté de l'Elysée, on a mis en sourdine la rengaine du « travailler plus pour gagner plus » - et c'est aussi tant mieux. Si l'essor des heures supplémentaires peut avoir quelque intérêt par beau temps, c'est l'inverse sous la pluie. Face à l'adversité, les employeurs sont tentés de comprimer au maximum leurs effectifs, quitte à faire travailler davantage leurs derniers salariés en cas de nouvelles commandes. Nos gouvernants se tournent donc vers une autre formule : « travailler moins pour gagner un peu moins ». Par exemple, travailler trois fois moins pour gagner deux fois moins et partager ainsi l'emploi qui reste. C'est le chômage partiel. A petites doses, l'outil est précieux. A grosses doses, il est injuste car il organise un transfert massif de ressources publiques vers des salariés qui ont la chance de conserver malgré tout leur emploi.

La solution est ailleurs. Pas à l'échelle du pays, mais de l'entreprise. Quand l'activité dévisse, c'est elle qui doit ajuster ses ressources, non l'Elysée ou le Gosplan. Au Royaume-Uni, le « Financial Times » demande à ses journalistes s'ils ne voudraient pas par hasard prendre quelques mois de congés sans solde, ou travailler seulement trois jours par semaine. Au Japon, le partenaire de Renault, Nissan, a entamé des discussions avec les syndicats pour ramener la semaine de travail à quatre jours. Sans demander conseil à Martine Aubry, l'actuelle patronne du PS qui fut l'instigatrice des 35 heures ! Evidemment, la perspective est rarement réjouissante. Les salariés concernés vont subir une baisse de revenus, « travailler moins pour gagner moins ». Elle est tout de même préférable à la perspective de voir certains salariés gagner autant et d'autres ne plus rien gagner du tout. Quand tout n'allait pas si mal, les experts « de gauche » voulaient partager le travail pour faire baisser le chômage et ceux « de droite » voulaient assouplir ses règles. Aujourd'hui que tout va mal, ce débat est dépassé. Si les entreprises parviennent à partager le travail en souplesse, elles limiteront la casse sociale. En attendant le retour des beaux jours, où l'on pourra travailler plus pour gagner plus.

JEAN-MARC VITTORI

source:les échos http://www.lesechos.fr/info/analyses/4840063-travailler-moins-pour-gagner-moins.htm

Date de création : 15/03/2009 : 19:37
Dernière modification : 03/03/2011 : 09:08
Catégorie : - Idées et Débats
Page lue 2893 fois

Participation

Le point sur l'affaire participation

De façon bien étrange, la Cour de cassation a cassé l'arrêt de la Cour d'appel en s'appuyant sur les rapports des commissaires aux comptes, quand bien même ceux-ci auraient validé des comptes factices.

Cela n'arrête pas pour autant la procédure en cours, les 1187 dossiers individuels vont être joints et traités globalement.

Afin de faire taire certaines rumeurs inexactes ou imprécises sur ce dossier, vous pouvez prendre connaissance du courrier envoyé à chacun des plaignants.

Lire le courrier de Maître Zerah


Si vous ne l'avez pas encore fait et que vous souhaitez vous joindre à cette démarche, contactez votre délégué syndical ou directement Maître Zerah : roland.zerah@wanadoo.fr



Pour plus d'infos, consultez les FAQ  (voir onglet ci-dessus) ou contactez vos représentants syndicaux



Espace Adhérents

Visitez ...
Accès adhérents


leplussyndicalombre.jpg

   Adhérer c'est bénéficier de plus d'infos, (textes des accords, compte-rendus de réunions, infos confidentielles, ...) plus tous les avantages de la CFE-CGC (conseils et assistance juridique, assurances, ...)
Et 66% de la cotisation déduits des impôts !

 ↑  
Spécial XGS
Nous écrire
chatbleu3.jpg
 Des questions,
des remarques...  

écrivez ici :
Cliquez ici

confused CFE-CGC@1sis.info

Visites

 477402 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Météo
Dossier Stress
Vidéos Stress/Burn-Out
Texte à méditer :       Tout homme qui dirige ou qui fait quelque chose a contre lui :
          - ceux qui voudraient faire la même chose,
          - ceux qui font précisément le contraire,
          - et surtout la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout.

  
Jules Claretie
Vous êtes ici :   Accueil » Travailler moins pour gagner moins